Des convois militaires en provenance de Bol, Moussoro et Chadjara convergent tous vers Mao. Hier, le ministron de la communication porte voix de son maitre a essayé de démentir les réalités de ces événements avant qu'il ne reçoit un cuisant démenti par les images de ces événements.
A l'instar de ce qui se passe à Mao, le vent de révolte gagne les autres grandes villes du pays. N'djamena la capital est sous tension et dans l'attente du sommet sur la RCA. Ironie du sort, c'est le même Deby qui avait allumé le feu en Centrafrique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir