Selon nos correspondants à N'djamena, les deux ministres limogés, viennent d'être incarcérés. Ils sont accusés d'usurpation des titres, et népotisme caractérisé dans le recrutement des policiers. Si cette information se confirme, c'est une première dans la police.

Pour l'usurpation des titres, il faut signaler que c'est Deby lui même qui les a promus, foulant ainsi aux pieds, à l'époque, toutes les règles d'avancements du corps de la police nationale. Ils ne sont pas les seuls. Il y a d'autres caciques du clans qui bénéficient, comme eux hier, de leur proximité tribale avec le président de la commission du contrôle, Ismaël Chaibo. Ce dernier, longtemps mis aux placards, a profité de l'occasion qui s'est présentée à lui pour démolir Ahmat Bachir, descendre Djibert, accabler Okorimi et plus grave, faire un pieds de nez à la 1ère dame en disgrâce ces derniers jours. Attention, nous ne dénonçons pas cette démarche "républicaine" tendant à assainir les services de la police, mais nous disons qu'elle est entachée de deux poids deux mesures. Il Y a un nombre inimaginable  des parents et courtisans de Deby qui squattent la police nationale. Tant que ceux ne sont pas inquiétés, tout cela n'est que mascarade.

Sur le népotisme et le recrutement orienté vers les clans au sein de la police, il faut se dire que les deux accusés n'ont pas faits pires que Moussa Haroun Tirgo, Mahamat Ali Abdallah, Mahamat Bachir Cherif Daoussa et Ramadan Erdibou quand ils sont passés soit à la direction générale, pour les uns, ou au ministère de l'intérieur pour les autres. Mais, comme il appartiennent à un autre cercle (même si en matière de classification, ils viennent très loin après les Itno), leur appartenance tribale les sauve pour l'instant.

C'est devenu systématique. A chaque fois qu'un individu est nommé quelque part, son clan prépare la liste de ceux qui doivent être recrutés. Ainsi, la cour de l'A.N.S., selon certaines confidences, est assimilable à un hameau des Zagawa Kobé de Kapka. Et ça, c'était l'oeuvre de notre président de la commission de contrôle: Chaibo.

Tout cela est de la poudre aux yeux. Deby aime humilier ses collaborateurs. Après avoir lancé Ahmat Bachir dans les trousses de Mahamat Saleh Annadif, Zene Bada, etc, ... le voilà à son tour dans la tourmente.

La Rédaction de la Gazette de N'djamena

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir