Le ministre de l’enseignement supérieur vient d’être congédié sans aucune manière à cause du taux, tenez vous bien, excessif de « 27% » d’admis, soit 19 000 sur quelques 70 000 candidats au Bac tchadien. Selon des sources dignes de foi, le ministre fut convoqué par le SGP du despote qui lui aurait demandé d’annuler purement et simplement ces résultats car le taux de réussite est trop élevé par rapport aux moyens de l’Etat. Le ministre aurait exprimé son incapacité de prendre de telles décisions car le Bac est organisé par une commission indépendante du cabinet du Ministre. Cette attitude étant considérée comme un refus de sa part, le despote l’a démis de ses fonctions. C’est le monde à l’envers. Il faut être au Tchad pour entendre dire que le taux 27% d’une classe d’âges réussie au baccalauréat est pléthorique. Dans d’autres contrées,  et sous d’autres cieux un résultat aussi médiocre aurait entrainé une émeute voire une insurrection. Par ces comportements,

on a aujourd’hui la preuve de l’inexistence d’une politique d’éducation au Tchad.

Il n’est pas étonnant de se trouver dans des pareilles incongruités tellement qu’Idriss Deby gère le Tchad comme sa poche ou son village. On a construit des bâtiments autant que possible, à chaque visite dans un bled on promet des lycées et collèges. Des « dons » personnels du Chef (on ne sait pas d’où est ce qu’il a cet argent) ou des « cadeaux » de la 1ère dame (terme aussi vide constitutionnellement que la gestion du pays) jetés à la figures de la plèbe qui a mille autres chats à fouetter. Une fois construits, ces bâtiments flambants neufs, souffriront d’une sous occupation chronique et d’un manque d’entretien inconcevable.  L’exemple le plus illustratif est Amdjarasse. Des écoles modernes construites dans cette bourgade (de 3 ânes comme la qualifie un confrère) sont totalement vides si elles ne sont pas occupées par des animaux errants. Aucune politique, aucun programme, tout est de la volonté du chef et sa femme qui, disons le au passage, aurait pu être mieux éclairée que sa majesté.

 Le gouvernement a pleinement le droit de pratiquer une politique d’orientation des études en fonction des objectifs fixés en amont du Bac et aucunement trafiquer le résultat de l’examen. On peut créer des centres de formations des apprentis (CFA) (pourtant beaucoup des tchadiens sont sortis de ces centres en Algérie et qui travaillent à la fonction publique) pour répondre aux besoins en terme des cadres et autres techniciens moyens. Ces techniciens rapidement formés seront opérationnels immédiatement dans leurs régions, remédiant en même temps à l’exode vers N’djamena.

Tout est question de volonté (je ne dirai pas politique car elle inexistante) de sa majesté. Laissez les problèmes de l’école à ceux qui sont censés le résoudre. Nous prions sa majesté de ne pas « s’investir personnellement » dans l’école, car là où il s’est investi personnellement tout est plongé dans un chaos indescriptible (armée en pyramide inversée, municipalités gérées par des analphabètes voir la vidéo etc.…)

 

La Rédaction de la Gazette de N'djamena

 

 

Commentaires  

 
0 #3 Abakar 03-08-2012 01:42
Adoum younous n'a rien à voir avec ça. Deby l'a nommé, il l'a enlevé c'est tout. Ne cherchez pas un bouc emissaire.
Citer
 
 
0 #2 ADOUM 02-08-2012 16:28
Limogé quand ce gars là? Deby s'en fout de ce pays.
Citer
 
 
0 #1 HASSAN 02-08-2012 11:21
merci à la rédaction d'avoir élucider et éclairer les lecteurs dans cette affaire aussi louche. le Ministre a bien fait de refuser cette main mise du SGP( ADOUM YOUNOUS) sur tous les ministres. au moins Ahmat Djidda est sorti de cette affaire la tête haute.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir