À l'occasion de cette nouvelle année, nous tenons à présenter nos meilleurs vœux au président Hissein Habré, emprisonné illégalement au Sénégal et détenu dans des conditions indignes d'un ancien Chef d'État.
Ces derniers mois, les tournures qu'a prise cette affaire, viennent confirmer notre profonde préoccupation à l'égard même de l'attitude des autorités Sénégalaises marquée par un mutisme total sur la violation grave de l'article 11 de la Déclaration universelle des Droits de l'homme sur la présomption d'innocence, que stipule : « Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public ou toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées », par les Chambres ″Africaines″ Extraordinaires.
Depuis le 30 Juin 2013, date de son kidnapping par des éléments à la solde des Chambres Africaines Extraordinaires, nous avons en effet suivi cette affaire avec beaucoup d'attention et d'amertume :
Le financement ou encore la prise en charge des commissions rogatoires conduites au Tchad, par Idriss Deby, actuel Président du Tchad et auteur du coup d'État qui a conduit au renversement du régime démocratique du président Habré.
Nous dénonçons également le refus catégorique des autorités tchadiennes de collaborer avec ces Chambres Africaines Extraordinaires pour l'extradition des soi-disant complices du président Habré, nous interpellant une fois encore sur la crédibilité même de ces Chambres.
Lors de la dernière conférence de presse tenue, le 13 Novembre 2014 par les avocats du président Habré ; nous avons en effet, appris que Mme Aminata Touré, ex-Ministre de la Justice et Garde des Sceaux du Sénégal, aurait fait, faux et usage de faux en falsifiant les documents administratifs autorisant la création de ces fameuses Chambres, mettant ainsi à nu, les combines de cette organisation mafieuse dont le seul but est de liquider le président Habré.
Rappelons que ce tribunal est, aux yeux de bon nombre d'imminents juristes sénégalais tels que : Kader Boye (ancien Doyen de la Faculté de Droit à l'Université Cheick Anta Diop), Maître Doudou Ndoye, le Magistrat Ousmane Camara, etc... illégal et anticonstitutionnel.
Nous déplorons également, la rencontre de Maitre El hadj Diouf, alors, avocat du président Habré, sans l'aval du président Habré, avec le président Idriss Deby principal bailleur de fonds des Chambres Africaines Extraordinaires, et ennemi juré de Hissein Habré.

Par cette missive, nous interpelons la communauté nationale et internationale à dénoncer vigoureusement pour que cesse immédiatement l'activité de ce tribunal pittoresque, dont nous pensons qu'il est un instrument à la solde de certains pays et dont le verdict est d'ores et déjà connu.
L'Association des Jeunes Ressortissants du Borkou-Ennedi-Tibesti de l'Afrique de l'Ouest (AJRBET), fustige fermement cette mascarade judiciaire et exige la libération immédiate du président Hissein Habré.

Fait à Dakar le 01/01/2015
Guihini Dadi Président de l'AJRBET

Commentaires  

 
0 #1 salma 21-08-2016 15:51
Heureusement que le ridicule ne tue pas !
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir