Dans un communiqué signé par son Rapporteur Salibou Garba et dont la Gazette a reçu une copie, la CPDC, principale coalition de l’opposition intérieure, dénonce les arrestations arbitraires des députés Malloum Kadre et Saleh Makki. « Les arrestations se sont déroulées en dehors des horaires réguliers, sans mandats et sans autorisation, ni information préalable du Bureau de l’Assemblée Nationale » indique le communiqué.

Malloum Kadre député MPS de Massanya et Saleh Makki  député membre de la CPDC ont été arrêtés le 1er mai pour tentative de coup d’Etat, avant que le gouvernement ne ravise sa position et les accuse de tentative de déstabilisation des institutions. L’endroit de leur détention reste pour l’instant secret.  La CPDC  « note également que les droits des prévenus ne sont pas respectés, à savoir le droit de recevoir des soins adéquats et des visites des membres de la famille et des avocats ».

La CPDC alerte par ailleurs la communauté internationale sur « la persistance du gouvernement à faire du Tchad un pays de non droit ».

Pr Khalil Alio, père de Mounira la chanteuse tchadienne qui vient d'enregistrer son album"Chili Houritki" (prends ta liberté). Quel présage.

A coté de ces deux élus, d’autres personnalités ont été également arrêtés. On a cité le Pr Khalil Alio, ancien recteur et père de la chanteuse tchadienne Mounira Mitchala, Moussa Mahamat Tao, cadre et ancien rebelle, les généraux Weidding Assi Assou et David Ngomine, et enfin le gouverneur du Salamat Ahmadou Ahidjo.

Régime autoritaire et anti démocratique, le Tchad est classé parmi les pays les mal notés par les institutions internationales en terme de progrès démocratique et des libertés.

Pour lire le communiqué complet cliquez ici.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir