Non à la tentative d'imposition de la pensée unique l'ACAT TCHAD, la Convention Tchadienne pour la Défense des droits Humains (CTDDH) et Droits de l'Homme Sans Frontières (DHSF) ont examiné la déclaration du Ministre secrétaire général du gouvernement lue à la presse nationale ce jour, 27 septembre courant. Cela, en réaction contre l'opinion de M. Massalbaye, président de la LTDH. Les organisations signataires estiment pour leur part que cette déclaration du gouvernement viole de manière flagrante les engagements nationaux et internationaux du gouvernement.
Parmi ces obligations nous citons l'article 19 de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme qui dispose « tout individu à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre (...) » Au plan national, l'article 27 de la Constitution dispose que « les libertés d'opinion et d'expression, de communication (...) sont garantis à tous. »
De ce fait, les organisations signataires expriment leur indignation et déception face à des attaques personnelles contre un défenseur des droits de l'homme sur la base d'un règlement de compte personnel de certains membres du gouvernement qui utilisent à cet effet les moyens de l'Etat. Ainsi, en répondant de cette façon à Massalbaye, le gouvernement confirme sa volonté de promouvoir la culture de la pensée unique à travers cette déclaration lue aussitôt après le compte rendu du conseil des Ministres.
Par ailleurs, DHSF, ACAT-Tchad, CTDDH dénoncent le caractère vulgaire de cette déclaration et prend au sérieux la menace proférée contre ce défenseur qui n'a fait que son travail. En plus, les organisations signataires dénoncent et condamnent les nominations clientélistes dans l'administration publique et particulièrement au Ministère de la justice qui n'a jamais aussi été fragilisé comme c'est le cas actuellement.
La fragilisation de l'appareil judiciaire devenu désormais un supplétif dépendant de l'exécutif est la cause fondamentale de nombreux crimes, de l'insécurité, des détournements des deniers publics, de la corruption bref, de la mauvaise gouvernance et de l'impunité de nombreux proches du pouvoir. Les signataires du présent communiqué conjoint partagent entièrement les points de vue de Massalbaye, ceux de l'UST exprimés à travers la pétition reprise par N'Djamena bi-hebdo et demandent au peuple de demeurer vigilant et mobilisé.
Fait à N'Djamena le, 29 Septembre 2012
Les Signataires ACAT-Tchad DHSF CTDDH GOSNGAR BLAISE. DEUZOUMBE DANIEL P. MAHAMAT NOUR Ibedou. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir