Coup de théâtre au Tchad, le 1er ministre a anticipé la volonté de Deby et ses députés qui cherchaient à voter une motion de censure contre le gouvernement, et a rendu sa démission ce matin. Jusqu'à hier tard dans la nuit, la volonté de Dadnadji à affronter cette motion était clairement affichée, mais tôt, ce matin, on apprend que Dadnadji a préféré démissionner.
Nommé le 1é janvier 2013, le gouvernement Dadnadji a subi pas moins de trois toilettages. Administrateur et administratif au sens du mot, Dadnadji n'a pas su ou on l'a pas laissé forger une vraie équipe capable à tenir tête aux caprices de Deby.

Les rapports entre Dadnadji et Deby se sont degradés au fur et à mesure que le 1er ministre, cherchant à avoir la main mise sur le gouvernement, s'est vu adjoindre des personnalités très influentes tel le frère de Deby, Daoussa Deby. Tous ses collaborateurs ont leurs entrées nocturnes au palais rose et d'aucuns parlent même d'une équipe bis animée par ces personnes influentes au gouvernement.
Attendons et voir la réaction du dictateur tchadien. Il a deux choix : soit entériner la démission et nommer un 1er ministre ou refuser, alors dissoudre l'Assemblée. Rien n'est définitif avec Deby, tout peut changer selon les stratégies de dernières minutes, les intérêts de la famille, ou encore voire même la santé du despote.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir