Inaugurée pompeusement le 16 mars dernier, la fibre optique devait permettre le désenclavement numérique du Tchad en favorisant son accès aux autoroutes internationales de l'information via le point d'atterrissement Sat3. Depuis lors, les Tchadiens se demandent mais où est donc passée la fibre optique. Quand est-ce qu'elle sera opérationnelle? «Les résultats des tests des équipements et câbles ont été réalisés avec satisfaction et le réseau est aujourd'hui prêt pour une utilisation à l'échelle internationale», a affirmé Idriss Saleh Bâchar, directeur général de l'Office tchadien de régulation des télécommunications(OTRT), lors de la cérémonie d'inauguration de la fibre optique. Cinq mois après, on constate que les tapages médiatiques autour de la fibre ne sont qu'une farce de la part du gouvernement. Selon certaines sources, le gouvernement camerounais réclamait 1 milliard de francs au gouvernement tchadien afin de mettre la fibre optique opérationnelle au Tchad bien que Komé Base est déjà connecté. «Une dépense que le gouvernement tchadien n'est pas prêt à s'engager, car la fibre profiterait non seulement aux Tchadiens, mais à toute la sous-région d'Afrique centrale», indique la même source.
© La Voix Dans ce numéro du journal La voix
Ceci peut expliquer la réaction de la direction générale de SIT-COM (Société des infrastructures de transmission des communications électroniques du Tchad), entreprise chargée de la commercialisation de la fibre, qui indique: «nous, avons actuellement de problème, et sommes en négociation avec le ministère de tutelle. Alors, nous ne pouvons pas nous livrer à la presse sur le problème jusqu'à nouvel ordre».
Et pourtant, le gouvernement tchadien a investi plus de 20 milliards de francs Cfa pour le développement de la Backbone à fibre optique de Komé jusqu'à N'Djaména. Ce qui veut dire que, pour éponger cet argent investi, il doit aider la SITCOM à rendre opérationnelle la fibre afin que la population en bénéficie de son utilisation, car plus d'un Tchadien connaît ce que la fibre optique peut apporter pour le développement d'un pays. Selon d'autres sources proches du ministère de tutelle, l'Internet a causé assez de dégâts dans nombre de pays, dont la chute du président tunisien Ben Ali, libyen Kadhafi et égyptien Moubarak.
C'est pourquoi, il faut avoir une structure sophistiquée pour sa gestion pour éviter de tomber un jour dans les mêmes problèmes auxquels ces pays Maghrébins sont confrontés. En attendant de trouver cette solution, l'économie tchadienne stagne et les opérateurs en pâtissent.«Notre pays qui accuse un retard significatif dans le numérique se doit d'être à l'avant-garde de ce combat dont le but est d'opérer des ajustements pour être en phase avec un secteur en perpétuelle mutation. La fibre optique va assurément permettre au Tchad de s'arrimer à la société mondiale de l'information, et nous pouvons légitimement être fiers du saut significatif qui vient ainsi d'être effectué», s'est réjouit le ministre des Postes, des Technologies de l'Information et de la Communication, Jean Alingué Bawoyeu lors de la cérémonie d'inauguration. Aujourd'hui, les Tchadiens sont en droit d'être informés sur le retard de cinq mois sur l'opérationnalité de la fibre optique dans leur pays.
Sources: Journal du Tchad
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir