Le Secrétaire général de l'ONU a rendu publique mardi sa « liste de la honte », sur laquelle figurent les parties à un conflit qui recrutent ou utilisent des enfants, les tuent ou les mutilent ou commettent des violences sexuelles contre eux. Annexée à son rapport annuel sur les enfants et les conflits armés, cette liste actualisée inclut 52 parties, dont 32 s'y trouvent depuis au moins cinq ans, persistant dans un comportement que Ban Ki-moon juge « inacceptable ».
enfant_soldat2enfant_soldat2Si dans les autres pays ces actes sont commis essentiellement par les rebelles, au Tchad il est exclusivement le fait du régime et de son ex milice et allié le MJE soudanais. Le régime d’Idriss Deby a démobilisé tous les militaires n’appartenant pas à son clan pour les remplacer par des conscrits à peine adolescents. Il aurait lancé, lors d’une réunion familiale, « notre soutien principal le guide Mouammar Kadhafi est assassiné par les croisés, pour préserver notre pouvoir, il faut que chacun ramène ses enfants ». Depuis, des comités se sont lancés dans les villages Bilia (clan de Deby) pour débusquer des « troufions » en culotte courte.
Le même rapport, dans une de ses annexes, souligne les tendances récidiviste du régime tchadien et dénonce le recours massif à ce genre de méthodes malgrè l'accalmie apparente en ce qles conflits armés. Le rappoalement cette volonté de vouloir perdureoir allant jusqu'à utilser des enfants comme chair à canon. Rédaction de la Gazette

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir