Les chefs d'État accueillent diversement l'alternance française. Si le Nigérien Mahamadou Issoufou et le Guinéen Alpha Condé sont tout sourire, leurs homologues d'Afrique centrale se méfient de François Hollande.
Du 6 mai, deux images vont rester. D'un côté, les concerts de klaxons à Ouagadougou et les cris de joie dans certains quartiers de Douala et de Libreville. De l'autre, la scène des « adieux » de l'Élysée entre Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara. D'autres chefs d'État africains, dont le président libyen Mustapha Abdeljalil, ont également téléphoné à leur homologue.
Nous sommes le lendemain matin de l'élection. Le Français a de gros cernes. Visiblement, il a mal dormi. L'Ivoirien ferme les yeux, comme un homme en prière. « Ouattara et Sarkozy pleurent leur défaite », titre Le Quotidien d'Abidjan, tandis que le camp Gbagbo exulte et espère que le nouveau président Hollande « exclura toute forme de démocratie par les bombes ». Bien sûr, tout cela ne change pas grand-chose aux relations entre Paris et Abidjan. Hollande a soutenu l'action militaire de la France contre Gbagbo, Ouattara peut donc compter sur lui. Mais cette séquence émotion en dit long sur le choc du 6 mai en Afrique.
Lire l'article sur Jeuneafrique.com : France-Afrique : Hollande et nous | Hollande et l'Afrique : changement de diplomatie, au profit de qui ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique............Lire la suite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir